Connexion  •  M’enregistrer

ARDENNES 1944 - LE VA-TOUT D'HITLER

Venez nous présenter votre dernière lecture ou des ouvrages qui vous tiennent particulièrement à coeur.
Parlons des dernières parutions concernant la seconde guerre mondiale.
Une belle photo de la couverture est toujours la bienvenue...
MODÉRATEURS: Gherla, Marc_91

_________________________________________________________________________

Image
La Bibliothèque du Portail : Les Livres de Référence, les Meilleures présentations ...
La Bibilothèque de Référence sur la Seconde Guerre Mondiale => Cliquez ici

ARDENNES 1944 - LE VA-TOUT D'HITLER

Nouveau message Post Numéro: 1  Nouveau message de fbonnus  Nouveau message 30 Sep 2015, 14:23

Antony Beevor : ARDENNES 1944 - LE VA TOUT D'HITLER
Six mois après le Débarquement, Hitler, contre l'avis de son état-major, tente le tout pour le tout : une offensive dans les Ardennes, en plein hiver.

Image
Antony Beevor, le plus grand expert de la Seconde Guerre mondiale"Ardennes 1944. Le va-tout de Hitler",
d'Antony Beevor (Calmann-Lévy, 600 p., 26 E). Parution le 30 septembre.


Interview de l'auteur par le point

Le 16 décembre 1944, à 5 h 20 du matin, des dizaines de canons de tanks et d'artillerie appartenant à la 6e armée blindée (Panzerarmee), commandée par le SS-Oberstgruppenführer Sepp Dietrich, ouvrent le feu au même moment en lisière de la forêt de Monschau, au coeur des Ardennes. Dans l'aube glacée de ce samedi d'un hiver particulièrement rigoureux, Hitler lance en direction de la Meuse et du port d'Anvers une action de la dernière chance. Une offensive dont il pense que, six mois et dix jours après le débarquement en Normandie, elle peut changer le destin de la guerre et lui permettre de reprendre l'initiative. Il a mobilisé pour cela dans le plus grand secret une force considérable : un millier de tanks, soutenus par une vingtaine de divisions de SS-Panzergrenadiere et de Volksgrenadiere. Dans le camp allié, on n'a rien vu venir. Une seule division américaine est opérationnelle dans la région. En raison du froid intense, les hommes ont pris l'habitude de dormir non pas sur leur position mais dans des fermes ou des cabanes de forestiers. Le 16 décembre à l'aube, le déluge d'obus puis la percée allemande vont brutalement les en déloger. Comment les Alliés ont-ils réussi à se sortir de ce piège extrême, à résister puis à repousser la percée allemande, c'est ce que raconte, avec sa précision habituelle et une multitude d'histoires inédites, le dernier livre du grand historien britannique de la Seconde Guerre mondiale Antony Beevor. Ardennes 1944 : le récit d'une bataille que Hitler ne pouvait pas gagner, mais que les Alliés ont bien failli perdre.

Le Point : En quoi l'offensive des Ardennes a-t-elle été la plus dure, la plus meurtrière, la plus implacable de la bataille à l'Ouest ?
Antony Beevor : Par la brutalité des combats, les pertes subies, les conditions climatiques, c'est le Stalingrad du front de l'Ouest, même si elle n'a pas duré six mois, mais six semaines. C'est surtout du côté allemand que la brutalité a été terrible. Le 14 décembre, deux jours avant l'offensive, Hitler ordonne à ses généraux d'être impitoyables pour créer la panique chez les Américains. Il faut faire régner un climat de terreur. Aucune pitié, ni envers l'ennemi ni envers les civils. Les Allemands veulent prendre leur revanche sur les résistants belges, qui ont harcelé l'armée allemande pendant sa retraite. Et sur les civils, qui ont chaleureusement accueilli les Américains. Mais les Américains se sont montrés eux aussi féroces. Surtout après avoir appris, le 27 décembre, le massacre de Malmedy, au cours duquel les Allemands ont assassiné de sang-froid 84 GI qui venaient d'être faits prisonniers. À partir de là, les Alliés non plus n'ont pas fait de prisonniers. Il faut reconnaître que les conditions de cette bataille poussaient à ces excès. Avec les unités blindées, il n'y avait pas assez d'hommes pour garder les captifs, c'était donc plus facile de les fusiller tout de suite. Quant aux blessés ennemis, comment les transporter sans se retarder ? Alors on les achevait.

L'offensive a pris les Alliés par surprise après le succès du Débarquement, la libération de Paris, les premiers combats sur le sol allemand.
Les Américains ne pouvaient imaginer la Wehrmacht capable de monter une opération d'une telle ampleur. Il faut reconnaître que la capacité des Allemands à survivre à un désastre était stupéfiante.

Les Alliés n'ont-ils pas cru également qu'après l'attentat du 20 juillet contre Hitler la guerre était finie ?
Ils ont effectivement pensé que la guerre serait terminée avant Noël. À Washington, on avait commencé à suspendre les commandes d'armement. Et MacArthur, dans le Pacifique, avait réussi à détourner vers lui la majorité des renforts en hommes et en armement, puisque la campagne en Europe était censée se terminer bientôt. Churchill était un des rares à penser que cette euphorie était prématurée.

Pourquoi les Ardennes étaient-elles si mal défendues ?
C'est l'erreur du général américain Bradley. Un risque calculé, mais incroyable et un peu stupide quand on repense à l'Histoire : 1870, 1914, 1940, trois fois déjà les Allemands avaient choisi les Ardennes pour attaquer. Or Bradley était persuadé que les Allemands lanceraient des contre-attaques, mais qu'ils étaient incapables de reconstituer une vraie force de frappe.

Comment Hitler a-t-il pu rassembler tant de divisions d'infanterie et de panzers sans que les Alliés s'en rendent compte ?
Les Allemands avaient appris des Alliés, grâce à l'opération Fortitude, comment on pouvait leurrer l'adversaire. Ils ont à leur tour créé un faux QG au nord des Ardennes et une armée fantôme. Les Alliés ne se sont pas rendu compte que les divisions allemandes se concentraient dans les forêts d'Eifel, en face des Ardennes.

Échec du renseignement ?
Oui, et aussi erreur d'analyse des généraux. Les chefs militaires essaient toujours de prévoir les réactions de l'ennemi en se mettant « dans ses chaussures ». Lorsqu'on a affaire à des généraux, dans chaque camp ils sont probablement assez semblables. Ainsi, les Américains pensaient que c'était von Rundstedt qui gérait tout. Or ce n'était pas lui qui était aux commandes, c'était Hitler. Et, quand il s'agit d'un dictateur monomaniaque et mégalomane, le processus de raisonnement n'est plus du tout le même. Il est imprévisible. D'autres ont répété la même erreur plus tard, notamment Bush contre un autre dictateur, Saddam Hussein, au moment de la guerre d'Irak.

Quel était l'objectif de Hitler ?
Aller vite. Créer la panique et un effondrement du front américain. Puis, en poursuivant jusqu'à Anvers, prendre au piège les Anglais et les Canadiens, comme à Dunkerque. Pourtant, tous les généraux allemands étaient opposés à ce plan que seul Hitler défendait. Eux savaient que, même s'ils réussissaient, le terrain gagné par la percée serait étroit et très vulnérable.

Hitler prenait également le risque de dégarnir le front de l'Est face aux Soviétiques !
Le général Guderian était affolé parce qu'il savait qu'avec une offensive à l'Ouest ses troupes ne seraient pas prêtes pour retourner défendre le front de l'Est au moment de l'offensive soviétique qui se préparait : Staline attendait en effet pour la lancer que la terre soit suffisamment gelée et que ses chars ne soient pas gênés par la boue.

Les conditions climatiques - le plafond bas, le brouillard - ont aidé Hitler, mais ne l'ont-elles pas aussi desservi ?
Dans les Ardennes, les routes étaient plutôt des chemins de ferme. Une fois les chars passés, avec la boue d'un automne extrêmement pluvieux, elles devenaient impraticables par les camions de troupe ou de ravitaillement en carburant pour les panzers.

Il semble que, du côté américain, le matériel dont on faisait grand cas n'ait pas été toujours aussi performant qu'on le disait.
Les mitrailleuses allemandes étaient supérieures à celles des Américains. Et il fallait cinq Sherman pour combattre un seul Tigre. Quant à la portée de l'armement, le Sherman tirait correctement à 200 mètres alors que le char Tigre, avec son canon de 88 mm, pouvait détruire un Sherman à 2 kilomètres.

On se rend compte à la lecture de votre livre à quel point les généraux britanniques et américains se détestaient.
En fait, c'est surtout Montgomery qui était détesté. Aussi bien par les Britanniques que par les Américains. Monty ne voulait pas laisser une parcelle de gloire aux autres.

Pourtant, il y a un moment où Eisenhower appelle Monty au secours en lui disant littéralement : « Nous sommes dans la mouise. »
Il n'avait pas le choix. Le problème, c'est que dès qu'on a fait appel à lui Montgomery a commencé à jouer les fanfarons et à humilier certains chefs américains. La presse anglaise avait fait de Montgomery un héros dont elle voulait qu'il soit le commandant en chef de toutes les troupes au sol, sans tenir compte du fait que c'étaient les Américains qui fournissaient tout - les armes, le carburant et la grande majorité des hommes.

Vous dites que la détestation des Américains pour Montgomery a pu jouer plus tard lorsque Eisenhower est devenu président.
Sa colère contre Montgomery et donc son ressentiment contre les Britanniques étaient tels que cela a probablement joué un rôle au moment de l'expédition de Suez, quand les Américains ont laissé tomber les Britanniques et les Français.

Hitler aurait-il pu réussir ?
Non. Et ses généraux savaient que c'était impossible. Mais même eux avaient sous-estimé la réaction rapide des Alliés. C'est peut-être le moment où Eisenhower se montre le plus impressionnant. Ike était un très bon commandant en chef. Ce n'était pas forcément un bon général. Il avait peu d'expérience. Mais son instinct était souvent très bon. Il a perçu tout de suite que c'était la grande attaque, le va-tout de Hitler. La capacité qu'ont montrée alors les Américains, grâce à une noria incroyable de camions, de doubler leurs forces dans les Ardennes en vingt-quatre heures, c'est-à-dire d'amener 90 000 hommes sur le terrain, est un exploit qu'aucune armée au monde n'était capable de faire à l'époque.

Source : Le point.fr - Michel Colomès
« Alors mon petit Robert, écoutez bien le conseil d'un père !
Nous devons bâtir notre vie de façon à éviter les obstacles en toutes circonstances.
Et dites-vous bien dans la vie, ne pas reconnaître son talent, c'est favoriser la réussite des médiocres. »
_________________________________________________
Michel Audiard

Administrateur
Administrateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 12983
Inscription: 18 Avr 2010, 16:07
Localisation: En Biterre
Région: Languedoc
Pays: France

Voir le Blog de fbonnus : cliquez ici


Re: ARDENNES 1944 - LE VA-TOUT D'HITLER

Nouveau message Post Numéro: 2  Nouveau message de Dog Red  Nouveau message 30 Sep 2015, 14:46

Merci Fred pour cette bonne nouvelle !

Antony BEEVOR a ses défauts et ses détracteurs mais ses ouvrages sont toujours soignés et un excellent point de départ pour les jeunes qui, 70 ans après, décident de s'intéresser à la Seconde Guerre mondiale.

J'espérais bien qu'après Stalingrad, Berlin, la Normandie, etc. l'auteur anglais s'attaque à la batailles des Ardennes.
Ma femme saura quoi m'acheter pour Noël :D

Par contre, quelques horribles coquilles dans l'introduction du Point et que je me dois de signaler :

"Le 16 décembre 1944, à 5 h 20 du matin, des dizaines de canons de tanks et d'artillerie appartenant à la 6e armée blindée (Panzerarmee), commandée par le SS-Oberstgruppenführer Sepp Dietrich, ouvrent le feu au même moment en lisière de la forêt de Monschau..."

Quelques dizaines de tanks et d'artillerie ? C'est une attaque locale alors ?
En lisière de la forêt de Monschau ? Plutôt sur un peu plus d'une centaine de kilomètre de Monschau à Echternach et pour la 6.Panzer-Armee Monschau n'est que la limite nord, bien loin de l'axe d'attaque situé plus au sud.

"Dans l'aube glacée de ce samedi d'un hiver particulièrement rigoureux,..."
l'hiver ne frappera que quelques jours voire une semaine plus tard, plus ou moins rigoureux en fonction des endroits. Le 16 décembre, il fait humide, brumeux, détrempé et n'a pour ainsi dire pas encore gelé.

"...soutenus par une vingtaine de divisions de SS-Panzergrenadiere et de Volksgrenadiere."
et hop! à la trappe la Heer, la 5.Panzer-Armee et la 7.Armee moins "marketing" que les SS qui alignent 5 Panzerdivisionen et non Panzergrenadier (mais là je chicane un peu).

"Une seule division américaine est opérationnelle dans la région."
M..... alors ! HODGES et sa 1st Army doivent se retourner dans leur tombe ! Confusion entre armée et division... heureusement que BEEVOR est plus précis !

"Mais les Américains se sont montrés eux aussi féroces. Surtout après avoir appris, le 27 décembre, le massacre de Malmedy"
Le massacre de Malmedy (ou Baugnez comme on dit chez nous), c'est le dimanche 17 décembre en tout début d'après-midi.

Heureusement, l'interview de BEEVOR n'est pas émaillée des mêmes "perles".

Que cela n'empêche pas de lire ce livre qui sera certainement intéressant ! ::content4::
« Les gens pensaient que je portais mes grenades telles une posture d’acteur. Ce n’était pas correct. Elles étaient purement utilitaires. Plus d’une fois en Europe et Corée, des hommes en difficulté trouvèrent le salut à coups de grenades »

General Matthew B. RIDGWAY, XVIII US Airborne Corps Commander, Ardennes 1944

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5883
Inscription: 11 Mar 2014, 22:31
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Dog Red : cliquez ici


Re: ARDENNES 1944 - LE VA-TOUT D'HITLER

Nouveau message Post Numéro: 3  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 30 Sep 2015, 15:02

Je ne sais dans le livre de Beevor, mais "le point" ne fait pas allusion aux noms successifs de l'opération et qui auraient pu influencer les services de renseignements Alliés

"Herbstnebel" (brouillard d'automne) qui est devenu "Wacht am Rhein" (Garde au Rhin) et qui aurait pu laisser présager une opération défensive.
Amicalement
Prosper ;)
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 55320
Inscription: 02 Fév 2003, 20:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Re: ARDENNES 1944 - LE VA-TOUT D'HITLER

Nouveau message Post Numéro: 4  Nouveau message de Jomaxi  Nouveau message 30 Sep 2015, 15:35

Quid de l'action de Patton ?
Un capitaine Anglais de la Royal Navy à Surcouf : "Vous, Français, vous vous battez pour l’argent – tandis que nous, Anglais, nous nous battons pour l’honneur ! »
Surcouf répondit : "C’est bien vrai Monsieur. Chacun se bat pour ce qu’il n’a pas. "

Major
Major

 
Messages: 203
Inscription: 29 Aoû 2015, 17:50
Localisation: Abbeville
Région: Picardie
Pays: France

Voir le Blog de Jomaxi : cliquez ici


Re: ARDENNES 1944 - LE VA-TOUT D'HITLER

Nouveau message Post Numéro: 5  Nouveau message de Prosper Vandenbroucke  Nouveau message 30 Sep 2015, 16:12

Bonjour Gabriel,
Si je ne me trompe, la 3° U.S. Army de Patton se trouve dans le secteur de la Sarre (donc plus au Sud) lors du début de l'offensive allemande et c'est en date du 23 décembre 1944 quelle entame sa contre-offensive pour dégager Bastogne.
Je crois que la 4° Armored Division (appartenant au 3° Corps) prends contact avec les défenseurs de Bastogne à Assenois en date du 26 décembre.
Mais je laisse le soin aux spécialistes pour venir affiner tout cela.
Amicalement
Prosper ;)
L'Union fait la force -- Eendracht maakt macht

Image
http://www.freebelgians.be

Administrateur Principal
Administrateur Principal

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 55320
Inscription: 02 Fév 2003, 20:09
Localisation: Braine le Comte - Belgique
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Prosper Vandenbroucke : cliquez ici


Re: ARDENNES 1944 - LE VA-TOUT D'HITLER

Nouveau message Post Numéro: 6  Nouveau message de Jomaxi  Nouveau message 30 Sep 2015, 16:39

"Le 19, Eisenhower réunit les commandants de groupes d'armées et d'armées. Il prescrit à Devers d'étendre le front de son 6e groupe d'armées vers le nord afin de permettre à Patton de regrouper des unités en vue d'une attaque sur le flanc sud du saillant. Il charge Bradley d'agir de manière similaire au nord. Ces directives du commandant en chef auront pour effet le déplacement de centaines de milliers d'hommes. Lorsque Ike demande à Patton le temps qui lui sera nécessaire pour tourner son armée de l'est vers le nord, ce dernier répond promptement 3 jours. Ce délai irréaliste fait sourire les généraux présents; surtout Monty qui prévoyait 6 jours pour une manœuvre similaire venant du nord. Ce qu'ils ignorent, c'est qu'avant de recevoir les instructions de Ike, Patton a déjà donné des ordres pour préparer le mouvement. Malgré les routes gelées, la célérité de la 3e armée sera surprenante : l'attaque de Patton aura lieu dans les 3 jours annoncés !"
https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_des_Ardennes

Ike demandant de l'aide à Monty d'après l'interview du Point. C'est pas plutôt à Patton qu'il incomba la tache de contre-attaquer et de foncer sur Bastogne ? Montgomery était bien plus éloigné de la région de Bastogne que Patton.

La phrase de Ike à Montgomery : "Nous sommes dans la mouise" ne signifie pas que le premier appelle le second à l'aide mais l'informe d'un constat.

Au premier abord, mais je peux me tromper, c'est un Anglais (Beevor) qui donne la part belle à un autre Anglais (Monty).
Un capitaine Anglais de la Royal Navy à Surcouf : "Vous, Français, vous vous battez pour l’argent – tandis que nous, Anglais, nous nous battons pour l’honneur ! »
Surcouf répondit : "C’est bien vrai Monsieur. Chacun se bat pour ce qu’il n’a pas. "

Major
Major

 
Messages: 203
Inscription: 29 Aoû 2015, 17:50
Localisation: Abbeville
Région: Picardie
Pays: France

Voir le Blog de Jomaxi : cliquez ici


Re: ARDENNES 1944 - LE VA-TOUT D'HITLER

Nouveau message Post Numéro: 7  Nouveau message de Dog Red  Nouveau message 30 Sep 2015, 17:34

Bonjour Gabriel,

N'oublions pas que le présent fil présente le nouvel ouvrage de BEEVOR, auteur émérite qui n'a pas fait lapart belle à son concitoyen MONTGOMERY dans son ouvrage D-Day et ne devrait pas le faire outre-mesure non plus ici.

Deux précisions quand même dont le débat mériterait un fil y dédié :
- à la conférence du 19 à Verdun (de mémoire elle ne réunit que les Américains), si PATTON est aussi afirmatif c'est que son état-major avait connaissance de l'existence d'une armée blindée allemande "quelque part" au sud de Köln dès la fin novembre 1944. En prévision de son offensive sur la Sarre le 16 décembre 1944, PATTON a pris les devants pour anticiper une contre-attaque de cette armée blindée contre son flanc. Le 19 décembre, il n'a que peu d'adaptation à faire (24h de boulot pour son G-3 quand même !) pour lancer un corps d'armée vers le Grand-Duché de Luxembourg puis Bastogne (de la même manière, la 6th Army envoie des renforts dès le 17 depuis le sud de la Hollande) ;
- Ike demande (à contre-coeur) de l'aide à MONTGOMERY quelques jours plus tard et pour une raison évidente que voici : la 5.Panzer-Armee crée un important saillant depuis Clervaux, jusqu'à Celles (près de Dinant) coupant en 2 la FUSA. BRADLAY, qui a son HQ à Luxembourg ne peut plus communiquer avec ses corps d'armées au nord de ce saillant (les liaisons téléphoniques dans le saillant sont aux mains des Allemands !). Le seul état-major de groupe d'armées disponible pour gérer la situation au nord du saillant est celui de MONTGOMERY près de Saint-Trond. Voilà l'américain obligé d'appeler l'Anglais à son secours... mais c'est une autre histoire.

Quant à Ike "dans la mouise", c'est une expression de journaleux (du même acabit que l'introduction), qui ne reflète pas le coup de téléphone passé à MONTGOMERY.
« Les gens pensaient que je portais mes grenades telles une posture d’acteur. Ce n’était pas correct. Elles étaient purement utilitaires. Plus d’une fois en Europe et Corée, des hommes en difficulté trouvèrent le salut à coups de grenades »

General Matthew B. RIDGWAY, XVIII US Airborne Corps Commander, Ardennes 1944

modérateur
modérateur

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 5883
Inscription: 11 Mar 2014, 22:31
Région: Hainaut
Pays: Belgique

Voir le Blog de Dog Red : cliquez ici


Re: ARDENNES 1944 - LE VA-TOUT D'HITLER

Nouveau message Post Numéro: 8  Nouveau message de jmh  Nouveau message 30 Sep 2015, 18:12

Voici donc une Bonne Nouvelle, tout comme Dog Red, je vais pouvoir ouvrir ma liste au Père Noël... :D

vétéran
vétéran

Avatar de l’utilisateur
 
Messages: 1046
Inscription: 28 Déc 2012, 08:55
Région: Occitanie
Pays: France

Voir le Blog de jmh : cliquez ici


Re: ARDENNES 1944 - LE VA-TOUT D'HITLER

Nouveau message Post Numéro: 9  Nouveau message de Jomaxi  Nouveau message 30 Sep 2015, 19:17

Bonsoir Daniel,

Merci pour ces précisions.

Dog Red a écrit:
- Ike demande (à contre-coeur) de l'aide à MONTGOMERY quelques jours plus tard et pour une raison évidente que voici : la 5.Panzer-Armee crée un important saillant depuis Clervaux, jusqu'à Celles (près de Dinant) coupant en 2 la FUSA. BRADLAY, qui a son HQ à Luxembourg ne peut plus communiquer avec ses corps d'armées au nord de ce saillant (les liaisons téléphoniques dans le saillant sont aux mains des Allemands !). Le seul état-major de groupe d'armées disponible pour gérer la situation au nord du saillant est celui de MONTGOMERY près de Saint-Trond. Voilà l'américain obligé d'appeler l'Anglais à son secours... mais c'est une autre histoire.


Si je regarde la carte
http://www.encyclopedie.bseditions.fr/a ... iale%29%5D

Je remarque que c'est la 1ère Armée US qui se trouve au nord de la contre-attaque allemande et plus au nord de la 1ère US, la 5è US et plus au nord près de Nimègue les Anglais. Sauf si la 1ère US était sous les ordres de Monty, je ne comprends pas l'appel à l'aide de Ike.

Peut-être que je n'ai pas bien exploré le forum mais je n'ai pas trouvé une rubrique exclusivement sur les cartes des batailles de la 2è GM, je suis très carte et je n'ai pas de GPS !
Un capitaine Anglais de la Royal Navy à Surcouf : "Vous, Français, vous vous battez pour l’argent – tandis que nous, Anglais, nous nous battons pour l’honneur ! »
Surcouf répondit : "C’est bien vrai Monsieur. Chacun se bat pour ce qu’il n’a pas. "

Major
Major

 
Messages: 203
Inscription: 29 Aoû 2015, 17:50
Localisation: Abbeville
Région: Picardie
Pays: France

Voir le Blog de Jomaxi : cliquez ici


Re: ARDENNES 1944 - LE VA-TOUT D'HITLER

Nouveau message Post Numéro: 10  Nouveau message de Jomaxi  Nouveau message 30 Sep 2015, 19:27

@ Dog Red,

Daniel connaissez-vous ce blog d'une habitante de Bastogne ?

http://jacqueline-devereaux.blogspot.fr ... 01944-1945
Un capitaine Anglais de la Royal Navy à Surcouf : "Vous, Français, vous vous battez pour l’argent – tandis que nous, Anglais, nous nous battons pour l’honneur ! »
Surcouf répondit : "C’est bien vrai Monsieur. Chacun se bat pour ce qu’il n’a pas. "

Major
Major

 
Messages: 203
Inscription: 29 Aoû 2015, 17:50
Localisation: Abbeville
Région: Picardie
Pays: France

Voir le Blog de Jomaxi : cliquez ici


Suivante

Retourner vers LA BIBLIOTHEQUE DU FORUM




  • SUR LE MEME THEME DANS LE FORUM ...
    Réponses
    Vus
    Dernier message
 
  ► Les 10 Derniers Posts du jour Date Auteur
    dans:  Novembre 1942 : le Reich pris au dépourvu ? 
il y a 13 minutes
par: foxbat 
    dans:  La maison natale d'Hitler embarasse l'Autriche 
il y a 14 minutes
par: thucydide 
    dans:  Général Roland Glavany 
il y a 43 minutes
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Les causes idéologiques de la Seconde Guerre mondiale 
Aujourd’hui, 13:08
par: Dog Red 
    dans:  Tracts. 
Aujourd’hui, 13:02
par: Dog Red 
    dans:  Cdt Jules Delattre Maquis Rieumes 
Aujourd’hui, 12:49
par: Prosper Vandenbroucke 
    dans:  Le quiz histoire - suite - 15 
Aujourd’hui, 12:47
par: brehon 
    dans:  limes programm 
Aujourd’hui, 12:45
par: Patrick.Fleuridas 
    dans:  Eperlecques 
Aujourd’hui, 12:40
par: Dog Red 
    dans:  Récit d’un carnet journalier d’un Normand STO à Berlin de 1943 à 1943 
Aujourd’hui, 12:31
par: Prosper Vandenbroucke 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 26 invités


Scroll